"L’évolution la plus marquante concerne l’allaitement maternel exclusif : il avait augmenté à partir de 1995 (Blondel et al., 2012), et a baissé de manière importante entre 2010 et 2016, passant de 60,3 % à 52,2 %. Cette évolution pourrait être expliquée par une évolution des préférences des femmes entre les deux enquêtes ; elle met en avant la nécessité de poursuivre une politique active en faveur del’allaitement maternel et de réfléchir à l’organisation du soutien à l’allaitement en suites de couches.En 2016, un peu moins de 70 % des services déclaraient avoir au moins une personne référente pour l’aide à l’allaitement au sein de la maternité (consultante en lactation certifiée IBCLC et / ou professionnel titulaire d’un diplôme universitaire ou interuniversitaire), mais les données de l’ENP ne permettent pas de connaître les disponibilités de ces professionnels dans les services".

A télécharger : Rapport complet