La Revue semestrielle de IBFAN-MALI permet de faire le point sur la campagne anti-substituts du lait maternel qui se déroule dans le monde entier et sur les actions mises en place par l'Ibfan-Mali. 


 Un article du Monde met en avant le Formindep, regroupement de médecins luttant pour une formation médicale indépendant des laboratoires...

A lire : l'article complet sur le site Formindep


ansesSuite au signalement de plusieurs cas graves chez de très jeunes enfants ayant été partiellement ou totalement nourris avec des boissons autres que le lait maternel et ses substituts, l’Anses s’est autosaisie de l’évaluation des risques liés à ces produits dans l’alimentation des nourrissons de la naissance à 1 an. L’expertise réalisée par l’Agence montre que ces boissons de consommation courante ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques des nourrissons. L’Anses considère donc que ces produits ne doivent pas être utilisés, que cela soit à titre exclusif ou même partiel, chez l’enfant de moins de un an. Elle rappelle également que le lait maternel est l’aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson, et qu’hors allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite (à base de protéines animales ou végétales) peuvent couvrir les besoins de l’enfant de moins de 1 an.

Lire l'ensemble de l'article


insermL'INSERM Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale , vient de publier une étude qui tend à montrer que l'allaitement pourrait contribuer à un meilleur dévelopement psychomoteur.

A l'âge de deux ans, les enfants qui ont été allaités sont légèrement plus précoces que les autres pour le langage. A trois ans, un avantage est observé sur le plan psychomoteur.

Comment expliquer ces résultats ? « Il existe une hypothèse biologique forte. Le lait maternel est très riche en acides gras essentiels, oméga 3 et oméga 6, indispensables au développement cérébral. Ces acides gras sont de bonne qualité et très bien assimilés par l’enfant » décrit Barbara Heude. 

« Plus l’allaitement est long, meilleurs sont les scores. Et ce lien est renforcé en cas d’allaitement exclusif »

Lire l'article