Service de Gynécologie, de Néonatologie et de la reproduction humaine de l’Université de Padou Italie.

S.Gizzo and al., Breastfeeding Medecine, 2012 ; 7, 262-268

Traduction et commentaires : André Marchalot

Ces auteurs étudient l’effet de l’analgésie épidurale sur la mise en route de l’allaitement précoce dans leur maternité niveau III.

Ils insistent sur la précocité du contact peau à peau et de la première tétée  dès que le bébé manifeste de l’intérêt pour exercer ses capacités à téter ainsi que le recommande l’OMS et l’UNICEF dans les 10 marches vers le succès de l’allaitement.

Les études  démontrent qu’il y a un lien entre ce premier contact, cette première tétée et les réponses maternelles pour favoriser un lien mère enfant de qualité et une empathie mère enfant. L’allaitement précoce facilite l’activation de certaines zones cérébrales maternelles impliquées dans ces relations.

Les auteurs ont étudié deux groupes de mères qui ont accouché dans des conditions semblables avec ou sans péridurale. Les groupes homogènes n’étaient pas très importants, 39 dans le groupe avec péridurale contre 36  dans le groupe sans péridurale. 

Ils étudient l’effet du peau à peau et la mise en route de la première tétée quand le bébé était prêt. Les  résultats montrent que, dans le groupe avec péridurale, le travail est plus long mais que la durée de l’expulsion est la même que dans le groupe sans péridurale. Les différences mises en évidence sont que, dans le groupe avec péridurale, 62 % des nourrissons tètent pendant moins de 30 minutes, alors que dans le groupe sans péridurale, 71 % tètent plus de 30 minutes. Par ailleurs, en regardant les différences entre le travail et le comportement des bébés, on note aussi que, dans ces maternités universitaires, le premier contact en peau à peau est  retardé: dans le groupe avec péridurale, 45 enfants sur 53  sont mis sur la poitrine de leur mère au-delà de 30 minutes, ainsi que 43 enfants sur 58 dans le groupe des mères sans péridurale. Il y a sûrement moyen de réduire ce délai en supprimant toutes les procédures non urgentes de routine. Par contre, il faut noter que parmi les enfants  nés sans péridurale, 15 sur 58 sont mis au contact de la poitrine de leur mère en moins de 30 minutes, soit le double du groupe avec péridurale.

Après discussion sur les différents aspects négatifs de la péridurale -car  des études antérieures  affirment que la péridurale retarde les mises au sein et  l’efficacité de bébé au sein- et pour certains auteurs, ceci est lié à l’administration d’une dose de « fentanyl » supérieure à 150 microgrammes, les auteurs italiens utilisent des doses inférieures, et pensent que la péridurale n’a pas d’influence sur la mise en route de l’allaitement, hormis la durée de la première tétée.

En conclusion :

Les auteurs insistent sur l’importance du contact précoce et de la durée de la première tétée pour favoriser l’allaitement mais aussi le contact mère/enfant. Ils pointent le fait que différents facteurs sont en jeu, en particulier le seuil de tolérance à la douleur des mères. Ce seuil  pourrait être associé avec la capacité de résoudre positivement les diverses difficultés qui peuvent se présenter lors de la mise en route de l’allaitement.

Mes commentaires :

Le contact en peau à peau et le contact du bébé avec la poitrine de sa mère est long dans cette étude et il y a la possibilité d’améliorer ce délai et de favoriser ainsi le contact précoce pour initier plus le rapidement possible l’envie de téter de la part de l’enfant.

André MARCHALOT, IBCLC 2000-2015, pédiatre